Le client est roi

Le client est roi ! Vive le roi !

La concurrence dans un secteur d’activité, se traduit pour le client, par la possibilité de faire son choix, entre différents produits. Chacun y trouve son compte, avec la plus grande satisfaction, que ce soit du côté client comme du côté professionnel. Cependant, il arrive qu’une marque s’éloigne peu à peu de sa ligne directrice, entraînant perte de clientèle, ou mécontentement. Cependant, comme l’a dit Einstein, un problème sans solution, est un problème mal posé.
Voyons comment le système de « crowdsourcing d’idées » a été mis en place, pour assurer d’une part la proximité d’une entreprise avec sa clientèle, et d’autre part la possibilité pour la clientèle de se faire entendre en exprimant ses attentes.

Le Client, un partenaire de choix

Habitués à la barrière entre le commerçant et le client, nous n’avions avant l’ère du numérique qu’un très léger accès à l’image des grandes marques. Aujourd’hui cette barrière tend à se faire de plus en plus mince, de plus en plus perméable.
En effet, avec un choix qui s’élargit, le client est devenu un véritable critique, qui, non content d’avoir accès aux produits, souhaiterait parfois que sa marque préférée corresponde à ses attentes, toujours plus nombreuses et diverses.
Aussi, afin d’éviter de donner un coup d’épée dans l’eau, les grandes marques prennent la décision de ne plus créer le besoin du client, ce dernier étant assez autonome pour le faire. Dès lors, on ne se risque plus à proposer un produit nouveau, sans s’assurer qu’il va correspondre à la clientèle la plus large possible.

Parle-moi Client, je t’écoute.

Si les grandes marques permettent aux clients de s’exprimer quant aux directions commerciales à prendre, ce n’est pas sans intérêt. En effet, comme on l’a vu plus haut, cette démarche permet avant tout d’éviter d’entreprendre de lourdes démarches de communication autour d’un produit qui séduira moins que prévu. De plus, en donnant la parole à ses clients, les grandes marques font des économies, et s’assurent leur contentement, sans quoi aucun avenir n’est possible. Le crowdsourcing permet ainsi d’éviter d’engager des fonds importants pour trouver de nouveaux produits, pour en faire la promotion, et pour garder sa clientèle la plus proche possible.

Le crowdsourcing, rendu possible par le numérique et la digitalisation, s’avère être une nouvelle forme de relation client/commerçant, qui contentera les deux parties. L’un s’assure de trouver ce dont il a vraiment envie, l’autre de faire des économies en tirant toujours au centre de la cible, pour le coût le plus réduit possible.

 

*Crédit photo: cherrybekaertbenefits

La tendance affirmée de l’e imprimerie

Accès internet facilité, génération des digitale native hyper connectée, supports de connexion qui envahissent le marché, force est de constater qu’internet est partout ! Face à cette tendance qui prend de l’ampleur … certains professionnels principalement habitués à exercer en ayant pignon sur rue se laissent tenter par le e commerce à l’instar notamment d’un domaine fortement ancré dans l’artisanat traditionnel, l’imprimerie. Tour d’horizon d’une nouvelle manière de faire du commerce, qui bénéficie au consommateur comme au professionnel…


De Gutenberg… au web



Depuis ses prémices, le monde de l’imprimerie à évolué de façon exponentielle. Nous sommes passés des caractères ancrés sur du parchemin à une production en masse facilitée par les nouvelles technologies. Facilité de commande, déplacements inutiles, vaste offre de supports, possibilités de design riches et variés mais également de recevoir le tout à domicile sans bouger de son canapé…une sacrée avancée au regard des impondérables d’une bonne communication mais aussi d’une organisation millimétrée.
Faire part, menus de mariage ou de restaurants, flyers publicitaires mais également un nombre important de supports de marketing (voir le site de flyerzone) s’offrent aux personnes exigeantes en matière de communication soignée mais surtout efficace.


Un concept à plébisciter



Des circuits cours, des attitudes éco responsables, des supports qui nous ressemblent et la possibilité de pouvoir bénéficier de ce qui se fait de plus performant en matière de technologie graphique, tout porte à croire que l’e imprimerie à encore de beaux jours devant elle.
Du génie créatif de chez Saxoprint à l’excellent rapport qualité prix de Flyerzone ( plus d’infos), notre imaginaire se décline à l’envie sur des affiches, des flyers, sur des cartes de visites sublimées mais aussi sur des faire parts de naissance…. Tellement mignons. Des supports de pub, de marketing et de communication qui font mouche… en mode 3 .0.

crédit photo :  leuromag

produit du terroir

E commerce et produits du terroir

C’est une évidence, le E commerce est partout ! Il est en passe de devenir LE mode privilégié, voir unique, de consommation (cf chiffres clés ecommerce 2014) pour les nouvelles générations, et les moins jeunes qui y ont rapidement trouvé leur compte. Accès rapide à l’information quelle que soit la place où l’on se trouve, gamme de produits élargie, livraison à domicile, et propositions de qualité sont quelques uns des avantages indéniables du e commerce que les professionnels du terroir ont bien compris et se sont approprié avec intelligence. Mise en lumière sur un phénomène qui n’est pas prés de s’arrêter…

Le terroir se digitalise

La promotion du meilleur de nos régions et de notre patrimoine gastronomique se fait aujourd’hui, principalement, via la toile. De nombreux sites internet à l’image de Terroir de Georges surfent sur le credo prometteur de prospérité de la mise en ligne de produits du terroir de grande qualité mais aussi que nous avons bien souvent du mal à nous procurer.
Vie à 200 à l’heure, marchés de quartiers peu fournis mais aussi produits typiquement régionaux peu exportés à travers le pays … que nous aimerions avoir l’occasion de découvrir, les raisons de cet engouement sans précédent pour le shopping en ligne version ferme AOC ne manquent pas.

Des trésors d’authenticité

Du terroir comme chez le petit producteur du coin, de la ferme… jusqu’à notre assiette, le tout sans se déplacer, il n’en fallait pas plus pour que e commerce et produits du terroir s’accordent en matière de business plan.
Des produits du sud ouest proposés chez Le marché moderne à ceux disponibles auprès du Panier Corsecomme la charcuterie traditionnelle ou le fromage, les possibilités de recevoir à la maison le meilleur du terroir Français sont innombrables.
Reste à faire un choix difficile pour succomber au péché de gourmandise… un tour de France de la gastronomie locale…qui nous surprend dans la variété des miels crémeux, goûteux et parfumés de nos régions (voir la liste des miels sur le Terroir de Georges)véritable invitation à la dégustation.

 

Chiffres clés Ecommerce 2014 2eme trimestre

E-commerce : +10% au 2ème trimestre 2014

La Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance (FEVAD) vient de publier les chiffres du E-commerce au deuxième trimestre 2014. Ces derniers accusent une évolution moins rapide qu’au premier trimestre 2014 où la progression était de 11% au premier trimestre 2014.

Le deuxième trimestre 2014 affiche 10,5% de croissance pour le commerce en ligne et représente 13,3 milliards d’Euros.

Il est intéressant de noter que les sites leader ne connaissent qu’une hausse de 3% du au fait qu’ils sont probablement sur un marché relativement mature. Ce sont les places de marché et le commerce sur mobile (m-commerce) qui connaissent les plus fortes progression.

Synthèse chiffres clés E-commerce deuxième trimestre 2014 :

  • Le nombre d’achats réalisés sur Internet est en hausse de 13,5% au 2ème trimestre 2014.
  • Le panier moyen continue à chuter (-3%) et passe à 82 euros par achat, conséquence ou pas de la crise.
  • Par contre, c’est assez nouveau et cela se confirme, les français achètent plus et plus souvent (fréquence d’achat passe à +7%).
  • Les e-acheteur dépensent en moyenne 488€ au 2ème trimestre (c’était 472 euros en 2013).
  • Ces achats sont réalisée sur presque 150 000 sites marchands (147200 à fin juin 2014) soit 15%.
  • Hors alimentation, le e-commerce représente 8% du commerce de détail.
  • Les ventes réalisées par les smartphones et les tablettes ont progressé de 52% sur l’année.

Le Etourisme ne progresse plus

Dans les résultats de la FEVAD pour ce deuxième trimestre 2014, les ventes au grand public progressent de 7%, et celles aux professionnels progressent de 8%. Le secteur du voyage et du tourisme en ligne est le seul secteur du Ecommerce qui affiche un recul (de -1%). Raisons politiques, économiques, effets certains de la crise, autant d’hypothèse qui peuvent être avancées pour expliquer ce recul étrange.

Pour aller plus loin dans le E-commerce, vous pouvez profiter de l’édition 2014 du salon Parisien, présentation dans notre article :  ici

Voir l’étude complète de la FEVAD : http://www.fevad.com/uploads/files/enjeux2014/Chiffres_Cles_2014.pdf

salon ecommerce paris 2014

Salon E-commerce Paris

C’est le grand événement de cette fin d’année 2014, le salon E-commerce 2014 est le lieu de référence de tous les professionnels de la vente en ligne.

Rendez vous du 21 au 23 septembre 2014 au Parc des Expositions de Paris, Porte de Versailles.

Un programme riche qui mêle :

  • Stands de professionnels du E-commerce
  • Plénières
  • Conférences,
  • Session spéciales
  • Rookie session
  • Key Note

Dans quatre grandes thématiques :

  • Technologies
  • Digital Marketing
  • Logistique
  • Expérience utilisateur

Un salon particulièrement adapté à tous les professionnels qui ont où qui souhaitent se lancer avec un site de vente en ligne. Il est impératif de connaitre l’ensemble des leviers permettant de développer ses ventes en ligne et de travailler ses retours sur investissement. Le salon E-commerce de Paris est fait pour vous aider à vous informer et à mieux comprendre les nouveaux moyens et nouveaux usages du E-commerce.

C’est plus de 30 000 visiteurs qui participent à cette édition du E-commerce Paris 2014 et qui vont rencontrer un peu plus de 500 exposants professionnels. deux villages dédiés complètent le dispositif du salon :

  • Le village des Strat Up
  • le village du social shopping et du mobile

11 prix de l’innovation seront attribués :

  • 9 lauréats (1 par catégorie)
  • 1 « gagnant des gagnants »
  • 1 prix Start-up

Vous êtes à la recherche des meilleures solutions pour « performer » sur le web, vous cherchez à améliorer vos pratiques du E-commerce, ce salon est un vivier pour fournir des réponses adaptées. Rencontrer des acteurs et professionnels du secteur, partager des expériences, faire évoluer ses connaissances et ses pratiques autant de possibilités offertes par le salon E-commerce.

 

Tous les renseignements, le programme, les infos pratiques du salon E-commerce Paris sont sur le site : http://www.ecommerceparis.com/

Optimisation du parcours client : les étapes.

Le parcours du client optimisé permet aux commerces qu’ils soient physiques ou digitaux de personnaliser la visite de chaque client et de la maximiser. En voici les principales étapes pour les sites web.

Par où passe l’expérience client

L’expérience client tend à se personnaliser et les marques ont désormais une présence dans les mobiles et les emails des clients. Une présence inespérée dont chaque marque tente de tirer le meilleur à l’aide de ces différentes étapes :

En cas de panier rempli mais non consommé : envoyer un message marketing qui encouragera le prospect à revenir sur le site et à finaliser l’achat.

  • Avant et après l’achat, il est indispensable de recommander des produits identiques ou complémentaires.
  • Simuler une conversation avec un expert produit qui apportera une valeur ajoutée indispensable à votre marque.
  • Faire des recommandations personnalisées avant et après l’achat par le biais d’emails transactionnels.

Crédit photo: Adway

Le carton ecommerce et vin

Dans un pays comme la France où la tradition du vin est foncièrement ancrée dans les habitudes, force est de constater que les nouvelles méthodes de communication disponibles via le high tech vont bon train, vu les nombreux avantages qu’elles offrent tant en matière:

Lire la suite

E-commerce : quelles sont les stratégies à adopter ?

Ceux qui disposent d’un site de e-commerce ont le choix entre différentes stratégies pour mettre en avant leur site et augmenter leur chiffre d’affaires par la même occasion. Point sur les tendances et stratégies du secteur.

Tendances et prévisions

Les sites de e-commerce fêtent leurs dix ans et certains secteurs entrent dans une phase de maturité. Pour avoir une idée un peu plus précise des succès, tendances et prévisions, l’Analyse Bilan Global du secteur sort chaque année et donne à lire et à comprendre les différentes clefs de ce nouveau mode de vente.

 

Dans le rapport 2012, on a accès aux secteurs qui actuellement ont le vent en poupe. Les vins et l’artisanat français sont en tête tout en ayant le plus grand taux de progression prévu cette année. La culture, les médias et le divertissement arrivent eux aussi en bonne position tout comme les équipements maison. Et enfin, l’alimentation fait un bond elle aussi dû au côté pratique et rapide de la commande en ligne.

Les stratégies

Il est possible d’adopter deux stratégies pour optimiser son site de e-commerce. Celles-ci se distinguent par deux méthodes.

  • On a tout d’abord la stratégie dite de la tête brûlée. Cette dernière permet d’étouffer la concurrence par des enchères qui peuvent aller jusqu’à 150%, en engrangeant le maximum de nombre de clics par une campagne de liens sponsorisés. Avec cette méthode, le nombre de commandes augmente entraînant une hausse du chiffre d’affaires.
  • La seconde méthode est celle dite du sous-marin. Celle-ci a l’avantage d’être maîtrisée. On sélectionne les 50 meilleures combinaisons de mots-clés, ceux qui génèrent le plus de conversion. Les budgets sont maîtrisés, tout comme le retour sur investissement. Cette méthode ne permet pas de bénéficier des périodes de vente intensives mais son utilisation offre une augmentation naturelle et maîtrisée de son chiffre d’affaires.