facebook home

Facebook se lance dans les Lauchers Android

La majorité des fabricants des smartphones opérant sous l’OS de Google ne se contentent pas de la version Stock Android, et investissent du temps et de l’argent pour proposer à leurs utilisateurs des interfaces personnalisées sous la forme des Lauchers (ToucheWiz de Samsung, HTCSens De HTC, etc.).

Facebook aussi a fait son entrée dans le marché des Luncher Android en lançant Home, l’application qui essayera de séduire les mobinautes par la diversité de son écosystème.

Le réseau social numéro un au monde réussira-t-il dans un marché fortement dominé par le géant Google ?

Laucher : c’est quoi ?

Les Lauchers sont des softwares qui se positionnent entre l’application et le système d’exploitation. Ils ont fait leur apparition depuis les premiers débuts du système d’exploitation mobile signé Google, profitant ainsi de l’un de ses avantages principaux : la licence libre.

Concrètement, ces logiciels permettent de modifier l’interface graphique des smartphones opérant sous Android. Contrairement au rival iOs placé sous contrôle total d’Apple, vous pouvez personnaliser votre écran d’accueil Android et vos menues sans aucun effort, ou presque, grâce aux lanceurs proposés principalement par les constructeurs du téléphone lui-même.

Dans ce sens, les lanceurs Android peuvent être définis comme des composants logicielsqui peuvent pimenter l’interface graphique de votre smartphones ainsi qu’agir comme assistant personnel. Ils peuvent également y introduire de nouvelles fonctionnalités.

Facebook : Pourquoi s’y mettre ?

Home, est le lanceur Android développé par Facebook et qui prend le contrôle de votre Smartphone de l’interface graphique à la gestion des applications.

Cette “Super App”dont l’intégration se fait entre la couche des applications et le système d’exploitation lui-même permet d’implanter de nouvelles fonctionnalités à l’écran d’accueil et aux menus de votre Smartphone.

Autrement dit, si vous disposez de Home sur votre appareil, vous allez plus voire une série d’applications rogner sur un fond statique en déverrouillant votre smartphone, mais plutôt vos messages ainsi que les statuts et les photos de vos amis.

En lançant Home, Facebook espère intégrer ses services plus profondément dans l’environnement de l’utilisateur et permettre à celui-ci d’interagir d’une nouvelle façon avec les services du réseau social.

À noter que Facebook a déclaré qu’il est en train de travailler avec Apple pour intégrer l’une des fonctionnalités les populaires de Home (Chat-Head) dans iOS en attendant une introduction prochaine de la super application sur l’écosystème pommé.

 

Crédit photo : Mashable

Les tendances digitales de 2015

Internet a changé nos habitudes et continue de modeler notre environnement social et professionnel. Les travaux coopératifs ont révélé leur incroyable efficacité, mettant en relation des membres d’une communauté au service d’un projet. Là où une entreprise aurait mis des années à concevoir et développer un concept, la communauté n’a besoin que de quelques mois. Et encore, le résultat est systématiquement bien supérieur en qualité et en innovation. Pour 2015, on peut prédire que les innovations principales trouveront leur source, encore une fois, dans l’immense réservoir que représente le réseau Internet.

Des innovations basées sur les technologies …

Conscients du potentiel des projets communautaires, les décideurs et stratèges du monde de l’entreprise se tournent vers l’échange de compétences. Les grands groupes, confrontés au coût exorbitant de la Recherche et Développement, n’ont plus le choix. Ils vont de plus en plus mettre en commun leurs ressources pour déposer des brevets. L’Open Innovation va se généraliser.

Les objets connectés vont se répandre inéluctablement. Une paire de chaussures ne servira plus seulement à marcher ou courir. Elle pourra servir de GPS et calculer la distance parcourue. Et les utilisateurs vont demander toujours plus de nouveaux services.

La puissance de calcul des ordinateurs permet de faire de l’analyse prédictive. Par exemple, un emprunt bancaire s’inscrit dans un mode de comportement bien connu, qui peut déboucher sur l’endettement. Le montant d’emprunt, le niveau des dépenses annuelles par rapport aux ressources, et le mode de vie observé chez un individu permettent de prédire si un endettement aura lieu. Une banque ou une assurance peut alors proposer à son client une couverture des risques adaptée en fonction de son profil. Et cela, avant même que le client soit conscient de son besoin. Il en va de même dans de nombreux secteurs comme l’habillement ou les loisirs.

La vente en ligne va se doter d’expériences issues du monde physique. Un client aime essayer un jean’s avant de l’acheter ? On va lui proposer de le faire essayer par son avatar, que le client aura sélectionné de visu. Le e-shopping va envahir le e-commerce.

Comme sur les outils informatiques classiques

On l’a vu avec les géants du e-commerce, les services bancaires sont concurrencés par des organismes non-bancaires. Les moyens de paiement commencent à échapper aux banques de dépôts, au profit d’autres organismes, comme ceux de gestion de fonds et de placement. Le rôle des banques traditionnelles devrait décroître face à la spécialisation des services.

Si auparavant l’image de marque des entreprises se voyait dissociée de l’estimation de ses performances, l’un et l’autre vont maintenant se rejoindre. Les tâches des spécialistes du marketing et de la ereputation vont s’en trouver bouleversées.

Les logiciels en tant que service ou (en anglais) Software as a Service (SaaS) sont omniprésents dans les entreprises. Le partage comme le stockage d’informations sont impactés au premier plan. Les Directions de services informatiques ne vont plus concevoir les solutions informatiques au sein de leur entreprise, mais les organiser. Elles vont assumer un rôle plus stratégique et de conseil.

Enfin, avec le développement des smartphones, les utilisateurs privés ou professionnels seront connectés en permanence, obligeant les entreprises à la réactivité. Les habitudes de travail vont évoluer. De même, avec les nouveaux logiciels, de nombreuses tâches pourront être effectuées par tout un chacun, sans passer par un professionnel.

La mode actuelle se porte sur le DIY, acronyme pour “Do It Yourself”. Les grandes chaînes de distribution vont devoir s’adapter à la nouvelle tendance. On n’ira plus choisir ses paires de lunettes par exemple, mais on pourra les réaliser en 3D sur-mesure. A terme, l’impression 3D devrait elle aussi bouleverser les habitudes de consommation.

Si Internet et les nouvelles technologies modèlent notre environnement social et professionnel, et la perception que l’on en a, les innovations vont se multiplier. Disposant de plus en plus d’informations à propos de leurs clients, les entreprises vont rentrer dans une nouvelle ère. Les attentes du client seront prévues avant même qu’il n’en ai lui même conscience.

Crédit photo :  axoamedia

Cloud personnel : terre du milieu entre accessibilité et sécurité

Les solutions de stockage cloud se sont démocratisées suite à la grande évolution de la technologie des serveurs et à l’augmentation exponentielle des bandes passantes. La prolifération de l’usage des appareils mobiles et le besoin de décentraliser l’information ont aussi joué un rôle important dans cette démocratisation. Cependant, ce type de solution pose de véritables problèmes au niveau de la sécurité.

Il y a cependant, des solutions de rechange pour les personnes désireuses de combiner la sécurité de stockage personnel avec l’accessibilité des services cloud. Nommée le cloud personnel, cette méthode combine le meilleur des deux mondes en permettant de stocker les fichiers sur un dispositif de stockage local (les données sont ensuite cryptées) tout en rendant ces fichiers accessibles à partir de tous vos appareils numériques via internet. Le principal avantage de cette technologie est que vous êtes toujours en contrôle de vos données, et que ces dernières ne sont pas accessibles à d’autres personnes.

A l’heure du tout numérique… il est important d’être en mesure d’assurer un cadre à ses données.

L’éducation en ligne : migre t-on vers un autre modèle de l’enseignement ?

La technologie fait tomber les barrières. Il suffit de posséder un ordinateur, un modem et un fournisseur d’accès pour se connecter et profiter d’innombrables offres.

L’évolution rapide de la technologie impose la création d’un contexte d’apprentissage plus adéquat. Depuis le lancement des premiers MOOCs (massive open online course, en français : cours en ligne ouvert et massif), l’enseignement à distance prend de l’ampleur. Le ministère de l’enseignement et de la recherche français a lancé en 2013 la plateforme FUN (France Université Numérique) afin de profiter des avantages des TIC qui révolutionnent le paysage éducatif.

Déjà, des millions de pages disponibles à portée de clic offrent d’innombrables chances éducatives. On estime que les limites entre l’enseignement à distance et l’enseignement conventionnel s’estompent. Désormais, chacun a les moyens de satisfaire ses besoins tout en gardant la valeur du mode d’apprentissage.

Malgré l’absence de l’aspect coaching de l’éducation en ligne, les prestations numériques offrent une meilleure qualité d’enseignement pour un public large.

Découvrez Baidu!

Vous avez entendu parler de Baidu, mais vous ignorez de quoi il s’agit ? C’est au fond plutôt normal, puisqu’il s’agit d’un site inusité en France, mais pourtant extrêmement populaire en Chine. Et pour cause : là-bas, il s’agit du premier moteur de recherche, devant Google.

Baidu, moteur de recherche chinois

Non content de dépasser le potentat du web occidental, ce moteur de recherche a été développé par des chinois eux-mêmes. Fondé par Li Yanhong et Eric Xu en 2000, son importance ne s’est jamais démentie et il ne craint pas les géants américains. Une réussite impressionnante quand on pense à la difficulté qu’ont nos moteurs de recherche tricolores à trouver un public dans leur propre pays.

Il propose une gamme de services large. En plus des sites web, il permet notamment de trouver des images, des vidéos ou des MP3 et a créé sa propre encyclopédie sur le modèle de Wikipédia : Baidu Baike. Si celle-ci est soumise à des restrictions très fortes (les contenus critiquant les institutions sont par exemple interdits), on y retrouve tout de même 6,2 millions d’articles, bien plus que pour Wikipédia en chinois.

Le moteur est cependant bridé. Du fait de la situation politique en Chine, il se doit de filtrer les questions et les réponses qu’il donne. Plusieurs sites sont bloqués, par exemple et certaines recherches sensibles peuvent ne donner aucun résultat.

Mais si vous disposez d’un site de e-commerce et que vous souhaitez vous étendre en Chine, Baidu sera un passage obligé pour vous faire connaître des internautes chinois.