Cyberattaques

Cyberattaques des banques mobiles : des chiffres alarmants

Durant l’année 2016, les cyberattaques dans le secteur financier se sont remarquablement intensifiées et diversifiées. Aujourd’hui encore, les analystes du groupe Avast recensent jusqu’à 800 virus par mois. Une situation qui est alarmante et qui ne va qu’en s’aggravant. Et les hackers s’en prennent le plus souvent aux établissements bancaires de détail et d’investissement, aux banques en ligne, mais aussi et surtout à leurs clients.

Selon l’étude Avast réalisée en 2016 auprès de 40000 utilisateurs de banques mobiles, un peu moins de 60% seulement sont capables de faire la différence entre les véritables applications des banques mobiles et les fausses interfaces mises en ligne par les hackers. Un peu moins de 40% des clients bancaires dans le monde se servent des interfaces frauduleuses en pensant avoir affaire au site authentique. L’objectif étant de capter les identifiants et les données personnelles des clients et d’effectuer des transactions financières en lieu et place du consommateur.

Les menaces qui pèsent sur le secteur bancaire

Les chevaux de Troie

L’essor et la prolifération de la banque en ligne, de la banque mobile, mais également des fintech et des systèmes de paiements sans contact sont tous de nature à favoriser la multiplication des cyberattaques à travers les malwares et les chevaux de Troie, dissimulés dans les applications très prisées telles que les jeux ou la météo. Une fois installés, ils vont récupérer les identifiants, mots de passe et autres informations bancaires du client.

Le phishing

Ce système d’intrusion consiste à envoyer des mails frauduleux contenant une pièce jointe infectée par un malware qui permet aux hackers d’accéder au réseau interne des banques, aux autorisations indispensables pour le transfert de fonds et aux mots de passe des employés. Les attaques les plus alarmantes sont le cas de l’affaire Carbanak et celui de la banque centrale du Bangladesh qui fait pourtant partie du réseau Swift (censé être le réseau le plus fiable au monde).

Les Skimmers

Qu’ils soient internes (installés directement dans le lecteur carte du distributeur) ou externes (reproduction complète ou partielle de la façade de la machine), ces dispositifs hardware permettent de subtiliser l’empreinte de la carte des clients et de récupérer le code PIN.

Les conduites à tenir face aux cyberattaques

Attaqués sur tous les fronts, les organismes de crédits doivent réagir rapidement face à la cybercriminalité. Pour établir une relation de confiance avec leurs clients, les établissements bancaires doivent véritablement s’armer contre toutes les menaces éventuelles. Ils doivent impérativement augmenter le niveau de sécurité de leur système d’information, en assurer la protection des données des clients et l’usage strictement confidentiel de toutes les informations.

Et chaque année, les acteurs dans le secteur bancaire investissent plusieurs centaines de millions d’euros dans la sécurité de leurs systèmes informatiques. L’objectif d’un tel engagement est non seulement de couper les hackers dans leur élan, mais aussi de rassurer les clients qui sont de plus en plus sceptiques quant à l’utilisation des applications mobiles, pourtant si pratiques. http://www.detective-banque.fr propose à ce propos un comparatif des meilleures banques afin d’aider le consommateur à choisir l’établissement le plus fiable et le plus sécurisé.

Les consommateurs doivent être conscients des risques qu’ils encourent et doivent être responsabilisés, dans le processus de protection de leurs données. Ils doivent éviter l’usage d’applications douteuses, non sécurisées et se méfier des applications de jeux qui sévissent sur la toile, car effectivement, les menaces ne viennent pas uniquement des applications bancaires. Lorsque des informations trop personnelles (adresses, coordonnées bancaires, géolocalisation, etc.) sont demandées, par exemple lors d’un téléchargement, il est vivement conseillé de vérifier la fiabilité du site.

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *